ÊTRE et ne plus FAIRE pour vivre SA vie

apprendre à s'aimer

Il y quelques années, j’avais une vie géniale !

 

Enfin… je pensais que j’avais une vie géniale…

J’avais un travail intéressant avec lequel je gagnais bien ma vie, j’avais beaucoup d’amis, j’étais célibataire mais très heureuse de l’être, je profitais pleinement de la vie ! J’avais le temps et l’argent pour faire pleins d’activités à coté de mon travail, si bien qu’au fil des années j’ai testé et découvert une multitude d’activités plus intéressantes les unes que les autres et comme je n’avais ni le besoin ni l’envie de choisir je les faisais toutes.

Tous les jours de la semaine j’avais une activité différente, dimanche compris. Je faisais, de la danse, du chant, des formations en développement personnel, j’allais au cinéma, je sortais plusieurs soirs par semaine avec des copines, je faisais du sport, je lisais pleins de romans, je voyageais. J’étais comblée ! Une vie remplie d’activités qui me faisaient toutes du bien, qui m’apportaient toutes, chacune de manière différente, un sentiment de plaisir, de joie, d’une vie riche, d’une vie pleine.

Trop pleine.

Beaucoup trop pleine.

 

comment arreter de courir après le temps

 

Quelques fois, je sentais bien que malgré tout ce que toutes ces activités plus géniales les unes que les autres m’apportaient de positif, j’étais fatiguée, surmenée, et il m’arrivait de penser, que cela faisait peut-être un peu beaucoup tout de même pour une seule et même personne et qu’il serait peut-être raisonnable d’alléger un peu mon emploi du temps.

Mais alors que j’envisageais tout juste de réfléchir à cette possibilité, une autre proposition arrivait et hop je signais pour une nouvelle sortie, une nouvelle chose à faire !

Parce qu’il s’agissait bien de cela, FAIRE. Toujours faire. Toujours avoir quelque chose à faire.

 

Et puis un jour, bim bam boum, je tombe

 

Enfin, je tombe … dans les pommes.

Tout d’un coup, je me sens vidée, épuisée, sans énergie. Mon corps me lâche, mon cerveau n’arrive plus à réfléchir. C’est le vide, et c’est le stress !

Je vois un médecin qui diagnostique un burn-out. Il me prescrit un repos total. Je suis donc obligée de prendre quelques semaines d’arrêt de travail, d’annuler mes activités, mes rendez-vous, toutes les choses que je devais faire. Je suis obligée, pour aller mieux, de ne plus rien faire ! Et dans ma tête c’est le stress, c’est l’angoisse.

Moi qui aimait tellement faire des choses, qui ne supportait pas une journée à ne rien faire, même les dimanches, comment pouvais-je envisager d’aller mieux en ne faisant rien ?

Et puis d’ailleurs, c’est quoi ne rien faire ? Si je ne fais rien, concrètement je fais quoi ? C’est con comme question n’est ce pas, mais sérieusement comment fait-on pour ne rien faire ? Qu’est ce qu’on fait quand on ne fait rien ? On pense ? On attend ? Mais on attend quoi ? Puisqu’on n’a rien de prévu…

Etre avec soi

 

Pour moi à ce moment là, ne rien faire me paraissait impossible ! J’étais tellement prise dans un rythme effréné d’activités que je ne voyais pas comment arrêter la machine et en quoi cela me ferait du bien ! C’était comme une drogue ! Mais je ne voyais pas encore très bien le coté toxique de cette drogue.

HELP au secours

 

J’ai réussi assez rapidement à obtenir des rendez-vous vers des thérapeutes que je connaissais déjà pour avoir travaillée avec eux depuis quelques années. Et au fil des rendez-vous j’ai eu des prises de conscience.

On m’explique que de FAIRE quelque chose tout le temps, c’est une manière de ne pas ÊTRE soi tout simplement, une manière de se fuir. Et là effectivement, je prends conscience que j’ai peur d’être avec moi-même, parce que je ne trouvais pas cela très passionnant d’être seule avec moi à l’époque, alors hop je fuyais vers quelque chose d’autre que je pensais plus enrichissant. Je remplissais mon agenda à bloc et comme ça, je n’avais pas une minute de ma journée pour me poser avec moi-même, pas une seconde pour écouter ce que mon corps pouvait me dire, ce que je ressentais comme émotions !

 

Hop hop hop pas le temps de s’arrêter on file tout droit et on ferme les yeux !

 

Je ne pensais pas être suffisamment intéressante pour passer du temps avec moi même. Je passais des heures à papoter avec des amies, et des connaissances, mais jamais une minute seule avec moi.

J’ai pris conscience à quel point j’avais vraiment peu d’estime pour moi, à quel point je ne m’aimais pas ; pas assez pour me trouver suffisamment bien pour être seule avec moi. J’ai pris conscience que je remplissais ma vie de toujours plus de choses à faire pour ne pas voir en moi le vide que ce manque d’amour envers moi me procurait. Et inconsciemment pour ne plus sentir ce vide en moi, je remplissais ma vie à 200% mais c’était un leurre. Le vide était toujours là.

J’ai donc appris à m’aimer

 

J’ai appris à me connaitre, parce que finalement à force de me fuir, de ne pas m’écouter, je ne me connaissais pas si bien que ça, en fait.

Ce n’est pas venu du jour au lendemain, ce fut un gros travail sur plusieurs mois. Mais petit à petit j’ai senti en moi le vide se remplir et j’ai petit à petit eu de moins en moins envie de passer du temps avec des simples connaissances et beaucoup plus de temps avec cette nouvelle personne que je venais de rencontrer et que je trouvais géniale et qui était MOI.

apprendre à s'aimer

 

En passant du temps seule avec moi-même j’ai enfin pu m’écouter, écouter mes émotions et m’autoriser à les vivre. Je suis devenue moi-même. J’ai pu prendre le temps de vivre au présent et non plus toujours systématiquement projetée vers l’après. J’ai trouvé des activités qui me ressourçaient plus simplement, comme juste m’asseoir au pied d’un arbre en forêt, me poser sur mon canapé sans livre, sans téléphone, juste être là et prendre le temps d’être à moi. Et dans ces moments je me sentais de plus en plus alignée, centrée, avec moi-même. J’étais dans l’Être.

ÊTRE, ce mot que je ne comprenais pas avant. Aujourd’hui, je le définirais comme être à soi, écouter son corps et écouter ce qui se passe à l’intérieur, ce que l’on ressent, nos émotions, être dans le moment présent, décrocher notre cerveau pour ressentir.

Aujourd’hui j’ai appris à trouver le juste équilibre entre faire et être.

 

Vivre uniquement dans le FAIRE est le meilleur moyen de passer à coté de sa vie, à coté de son ÊTRE.

 

C’est quand je suis dans l’être que je suis créative, unique, je suis moi et personne d’autre.  Pour vivre SA propre VIE il faut pouvoir être, tout simplement.

Dans le trop plein d’actions nous ne sommes plus créatifs. Nous avons besoin de place en nous pour créer, pour laisser notre cœur nous diriger, plutôt que notre cerveau, et l’autoriser à grandir encore et prendre tout sa place au centre de notre être.

Lorsque nous sommes en nous, lorsque nous laissons de la place en nous, nous ouvrons en fait la porte à notre vraie nature, notre part divine, notre part créatrice et nous nous connectons à nous même ; alors seulement nous pouvons créer notre vie, celle qui nous remplie réellement, celle qui nous suffit.

 

creer notre vie

 

Aujourd’hui j’ai encore quelques fois des périodes où je suis trop dans le faire, mais j’arrive à sentir assez rapidement que je ne suis plus dans le juste, trop dans l’action et je prends le temps de me poser de nouveau, d’aller m’asseoir au pied d’un arbre pour me ressourcer, me reconnecter. Et là comme par magie, je reviens à moi !

Si cela reste théorique pour vous, le mieux est de le pratiquer !

 

Comment prendre le temps pour être ?

 

Déjà, acceptez de prendre le temps, de calmer la roue infernale et de vous poser.

Être, c’est aussi respirer pleinement. Cela peut passer selon les personnes par le fait de méditer, de se promener en forêt (je pense que la nature nous aide à nous reconnecter à notre intérieur), de se poser sur le canapé et de ne rien faire, juste être là et ressentir nos émotions.

Le plus important est de prendre le temps de se connecter à soi, à nos sensations, nos émotions.

 

Être au coeur de soi

 

Au début vous sentirez surement quelques inquiétudes qui vous diront « oh non c’est trop flippant, lève toi et fais quelques chose, tu n’es pas productif là! » C’est normal, c’est votre mental qui a peur, car vous lui demandez d’arrêter de diriger notre vie, alors que jusque là il était le seul leader.

Essayez de rester même avec ces peurs, essayez de penser à ce qui est agréable pour vous dans ces moments là.

Si cela vous aide, au début, donnez-vous un laps de temps défini. Bloquez le créneau horaire dans votre agenda et commencez par 1 minute, puis 2 puis 5 minutes, puis 1 heure… Rapidement vous sentirez les biens-faits et cela deviendra partie intégrante de votre vie. Vous n’aurez plus besoin de bloquer des moments pour cela, Être deviendra votre manière de vivre.

 

Partagez vous aussi votre expérience et dites moi en commentaire de cet article ce qui vous aide vous à revenir à votre ÊTRE !

 

crédit photo :bizvector-Xaviandrew-Terimakasih0
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 thoughts on “ÊTRE et ne plus FAIRE pour vivre SA vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *