Mon expérience de reconnexion au grand TOUT

 

Je sais d’avance que je n’arriverai pas à retranscrire la justesse de la profondeur de l’expérience que je viens de vivre mais je vais essayer de partager avec vous le maximum que je peux retranscrire avec des mots.

Cet après midi j’ai ressenti à un moment le besoin d’aller me promener dehors. L’air et le soleil étaient doux, c’était une de ces jolies après midi d’automne où l’on peut encore profiter de la douceur du soleil. J’ai commencé à marcher sur un chemin près de chez moi, un chemin que je connais bien, très calme, très paisible, un petit chemin sans issue au milieu des champs, où il n’y a jamais de voiture ou de promeneurs qui s’y aventurent, un chemin où je vais me ressourcer souvent.

Le petit chemin que vous voyez là, au fond à droite sur la photo :

Arrivée au bout du chemin, je m’apprêtais à faire demi tour lorsque j’ai ressenti l’envie de m’arrêter quelques instants pour profiter de ce paysage magnifique avec les couleurs d’automne qui s’offraient à mes yeux. Et en regardant le paysage, ma vue a commencé à se flouter. Cela m’a fait comme lorsque l’on regarde les cailloux au fond d’une rivière et que l’eau fait bouger les formes des cailloux j’avais l’impression qu’entre moi et le sol, il y avait quelque chose qui faisait bouger les formes. J’ai eu l’impression que ce qui était solide ne l’était plus vraiment et devenait une matière mouvante et que j’aurais pu passer ma main à travers cette matière. C’était magnifique !

J’ai regardé l’herbe autour de moi osciller par un doux mouvement, et j’ai ressentis le besoin de me mettre à croupi et de toucher l’herbe avec mes mains, et là, j’ai comme été transportée dans une autre forme de réalité, où tout d’un coup j’ai senti que je faisais parti de l’herbe que je touchais, et de ce décor. Je n’étais plus Delphine qui marche sur le sol, j’étais Delphine et j’étais le sol sur lequel reposait mes pieds, j’étais l’herbe que mes mains touchaient, comme si le sol et l’herbe étaient une continuité de moi et pas seulement des choses distinctes que je touchais. C’était incroyable comme sensation !

Et puis j’ai regardé alors autour de moi, j’ai vu la forêt au loin et tout d’un coup la forêt n’était plus au loin, elle m’est apparu tellement proche, il n’y avait plus de distance entre la forêt et moi ! Je voyais bien avec mes yeux que j’étais loin de la forêt mais en mon être j’étais dans la forêt, et je dirais même que j’étais la forêt ! J’étais le cœur de la forêt ! Je pouvais la ressentir en mon être comme je ressens mon cœur, l’intérieur de mon corps.

J’étais au milieu d’un champ où il n’y avait pas d’animaux et pourtant, j’ai entendu le bruit léger des animaux qui se promènent sur les branches des arbres de la forêt. J’ai entendu des rires doux d’enfants tout près de moi alors que j’étais tellement loin physiquement des enfants qui riaient que je ne les voyais même pas distinctement avec mes yeux et que je ne pouvais pas « normalement » les entendre, mais leurs rires étaient si proches, comme si ils avaient été en moi. Un cheval a henni tout près, et pourtant il était si loin. C’est alors que j’ai su que si je pouvais entendre ces bruits si loin c’était parce que je n’étais plus séparée de ces bruits, je faisais UN avec tout cela, j’étais reconnecté avec toute cette Vie.

Et puis il y avait un arbre immense devant lequel j’étais passée, il était à plusieurs dizaines de mètres de moi, je l’ai regardé et je lui ai demandé si il était d’accord que je le ressente et tout d’un coup il n’y avait plus de distance entre moi et le chêne, j’étais le chêne. Je faisais partie du chêne, il faisait partie de moi et nous ne faisons qu’un. C’était fou et tellement fort !

Alors j’ai demandé : qui suis-je moi alors ? et là j’ai compris que j’étais pleinement moi mais que j’étais aussi Tout. J’étais un être distinct, mais aussi le TOUT.

Des larmes de joies ont coulé sur mes joues, des larmes de relâchement dû à l’intensité de l’expérience, il y avait quelque chose physiquement et émotionnellement très intense ! J’ai senti que mon cœur était encore plus ouvert, comme si il y avait eu une immense porte qui s’était ouverte. Je me suis senti fragile et vulnérable et en même temps si forte. Fragile et vulnérable parce que mon cœur avait une ouverture si grande, je n’aurais pas pensé s’ouvrir encore autant, fragile parce que je me suis sentie aérienne dans mon corps, comme si j’aurais pu marcher sur des œufs sans pouvoir les casser ! Et en même temps plus forte parce remplie de l’intérieur. Je sentais que j’étais connectée à tout et cela me faisait physiquement la sensation que l’on peut avoir lorsque l’on touche un arbre ou un mur bien solide et que l’on sent cette solidité de la matière contre notre paume, je ressentais cette solidité là, cette force là dans mes mains et à l’intérieur de tout mon corps.

 

Il s’est passé 2 jours entre l’expérience vécue et la rédaction de cet article. 2 jours pendant lesquels à plusieurs reprises je me suis sentie happée par le TOUT, reconnectée. Je suis heureuse, je me sens Vivante, Terrestre et Universelle.

Tout en revenant un peu plus dans cette réalité là de la vie, le film AVATAR que j’ai vu récemment m’est revenu en mémoire et j’ai souri, parce que j’ai compris que je venais de faire l’expérience dont ils parlent dans ce film, la connexion avec la nature, les animaux, la Vie, le TOUT. Et cela faisait plusieurs mois que je demandais à l’univers de m’envoyer une expérience de reconnexion.

Demandez et vous recevrez 

Gratitude infinie !

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

One thought on “Mon expérience de reconnexion au grand TOUT

  1. SAMOUILLAN Sylvie says:

    Magnifique témoignage Delphine, je suis profondément heureuse pour vous…. et pour nous, car ce qu’un expérimente tous l’expérimente.
    Je réponds très favorablement à vos propositions de live et d’ateliers. Juste génial !
    Je vous embrasse du fond du coeur, merci d’être vous.
    Sylvie SAMOUILLAN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *