Procrastiner pour être plus efficace !

prendre une pause pour etre plus efficace

 

Alors que notre société semble mener une lutte sanguinaire face à la procrastination, je viens de mon coté vous parler de l’efficacité de procrastiner !!

Pour les personnes qui me connaissent ou qui me suivez, vous le savez, je suis une personne très active, toujours plusieurs casseroles de lait sur le feu en même temps, des idées par milliers, des envies par centaines, et une facilité à avancer et à passer à l’action.

Cependant il y a quelques années je me suis épuisée à faire tant de choses en même temps, à mener de front plusieurs projets. Je suis une leader née donc je le fais naturellement, mais à force de charger la mule, un jour, la mule est tombée et a dû apprendre à gérer tout ce trop plein d’envies / d’idées / d’énergie pour ne garder que le positif de ce trait de caractère et surveiller les tendances à l’excès.

Si vous ne l’avez pas encore lu, vous pouvez trouver ici mon article sur mon burn out : Etre et ne plus faire pour vivre sa vie

 

Ce que j’ai appris de cette expérience, c’est qu’il y a un temps propice à chaque tâche, et que de ne rien faire, fait souvent avancer les choses !

 

Procrastiner ou apprendre à faire les choses au bon moment

Je ne vous parle pas de la procrastination genre je me lève à 11h, je prends ma douche à 14h, je glande jusque 22h et je me couche à minuit après avoir passé la journée à ne rien faire ! Non, bien sur. Je vous parle ici d’apprendre à écouter votre corps et de sentir en vous l’énergie du moment pour savoir vers quoi vous serez le plus efficace au moment M.

 

journee-rallonge

 

Nous n’avons pas la même énergie tous les jours de l’année en été qu’en plein hiver, et même à l’intérieur d’une même journée, nous n’avons pas la même énergie à 8h qu’à 17h n’est ce pas ? Et pourtant on attend souvent de notre corps qu’il soit productif intellectuellement et physiquement de manière linéaire, la même efficacité à 8h qu’à 14h ou 21h et la même énergie en hiver qu’en été. A vouloir cela, on tire sur la corde de notre corps, de son énergie et contrairement à ce que l’on pourrait croire, on s’épuise et on perd en efficacité. Si nous acceptons de suivre les rythmes naturels de notre corps, (et donc de la nature !) nous optimisons notre énergie et nous devenons plus productif, plus efficace sur le long terme parce que nous utilisons notre plein potentiel à chaque moment.

 

Puisqu’il y a effectivement des moments propices à un travail physique, d’autres à un travail intellectuel rationnel logique, d’autres encore à un travail intuitif, et aussi certaines périodes où l’on serait plus efficace à se reposer, essayons de suivre ce rythme dans nos journées !

 

Par exemple, au lieu de passer 1h à faire vos comptes, comme votre mental l’avait décidé, juste après le repas de midi en baillant de fatigue et en revérifiant chaque ligne de calcul 2 fois parce que votre cerveau n’arrive pas à se concentrer, sortez prendre l’air, faites une sieste, débranchez votre cerveau et revenez une fois reposé ou ressourcé pour finir cette tâche en quelques minutes lorsque votre cerveau sera de nouveau à fond !

Testez, et prenez conscience de vos propres rythmes. Sentez à quel moment votre cerveau est à fond, à quel moment il n’arrive plus à réfléchir et vous pourriez en revanche faire appel à votre intuition, votre créativité pour continuer à avancer sur votre travail en faisant appel au coté droit de votre hémisphère ou à quel moment au contraire votre corps a tout simplement besoin d’une pause qui vous rendra ensuite plus efficace !

 

 

Dans notre société tout est fait pour que l’on perde l’écoute de notre corps. Lorsque l’on est à l’école, les heures de pause et les périodes de vacances sont décidées par le rythme scolaire. Vous ne pouvez pas gérer vos journées selon votre propre rythme, tout le monde a les cours au même moment, les pauses au même moment, et mange au même moment. Tout le monde est en vacances en même temps. Petit à petit vous apprenez à ne pas vous écouter et à ne plus accepter que vous puissiez avoir besoin de repos à 14h plutôt qu’à 16h, besoin de manger à 11h30 plutôt que 12h, besoin d’aller aux toilettes à 10h45 plutôt que pendant la pause de 11h. Et il en est de même au travail ! Beaucoup de personnes n’ont pas la liberté de gérer leur journée selon leur propre rythme.

Dans la mesure du possible selon votre situation, essayez au maximum d’écouter vos corps et les rythmes qui lui conviennent, et adaptez votre vie à ces rythmes là, chez vous dans un premier temps si vous n’avez pas la liberté de le faire au travail.

Depuis que je suis les rythmes qui me conviennent, je ne suis plus épuisée, ou fatiguée après une journée de travail. J’écoute mon corps, je travaille à fond les périodes où je suis en pleine forme et j’accepte de prendre des pauses au moment ou j’en ai besoin.  

Prendre une pause, arrêter de travailler nous rend plus efficace !

 

Ne vous est il jamais arriver de bucher sur une problématique, de retourner votre cerveau dans tous les sens pour parvenir à trouver une solution et au moment où vous lâchez prise, la réponse vient à vous , toute seule ?

Rappelez vous je vous en parlais ici : Je lâche prise et je réalise enfin un de mes rêves

C’est dans ces moments là qu’on se rend compte que de ne rien faire, ou de sortir prendre l’air nous apporte beaucoup plus que de ne rien lâcher et tirer sur la corde et forcer notre corps à produire un résultat alors que nous n’avons plus l’énergie pour ça.

Lorsque je prends le temps de partir me promener en nature et me poser dans l’herbe douce pour ne rien faire, en fait mon corps lui fait quelque chose ! Il se ressource !

Lorsque je ne suis pas dans l’action, je laisse la place à mes idées de venir, à mon intuition de s’exprimer, et c’est là que je deviens créative, ou que j’obtiens les réponses que je cherche à une problématique. Lorsque je suis dans l’action c’est mon cerveau qui s’enclenche et qui dicte mes pas : “fais ceci, fais cela, après tu feras cela etc…” Je suis dans le FAIRE.

Lorsque je ne fais rien, je laisse la place à l’Être. En laissant la place à l’être je peux écouter le doux murmure de mon intuition, le frissonnement de mon âme qui me guide et en étant ainsi connecté avec ma part le plus profonde, j’agis non pas par obligation de faire mais par besoin d’être, je suis ainsi sur le bon chemin, celui qui, de manière irrationnelle peut être, m’aide à poursuivre mon chemin de vie, la raison de mon incarnation, éclairé de ma propre lumière.

 

Alors, vous voulez essayer de procrastiner ?

 

Enregistrer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *